Imprimer Envoyer

Projet NanoGenoTox : Évaluation sécuritaire des nanomatériaux fabriqués par caractérisation de leur risque potentiel de génotoxicité

Durée du projet

Date de début : 01/03/2010
Date de fin : 28/02/2013

Direction Opérationnelle

Interactions et Surveillance

Rôle du CODA-CERVA dans ce projet

Partenaire associé du WP4

PRESENTATION

La nanotechnologie est un secteur industriel et économique hautement stratégique, avec des avantages potentiels considérables pour bon nombre de domaines sociétaux et environnementaux. Une exposition humainenm-105 tio2 aux nanomatériaux manufacturés (NM) utilisés dans les produits de consommation peut survenir à diverses phases de leur cycle de vie, depuis la synthèse, la production et l'inclusion dans les produits jusqu'à la libération des NF dans l'environnement (au travers des émissions industrielles ou de la récupération des produits).

 

La nanotoxicologie attire donc l'attention du public et des gouvernements à travers le monde. Toutefois, le manque de connaissances scientifiques et l'absence de preuves liées aux risques pour la santé et la sécurité causés par les produits issus de la nanotechnologie rendent toute réglementation particulièrement difficile. L'objectif général du JA est une valeur ajoutée importante à la politique des États membres, et contribue à l'amélioration de la sécurité sanitaire des citoyens tout en participant à la position de leadership de l'UE dans ce domaine, ainsi que dans les travaux internationaux en cours (OCDE, ISO...). L'objectif du JA est hautement pertinent dans le contexte actuel. Il cible des sujets cruciaux identifiés dans le programme, apportant une véritable dimension européenne étant donné que 17 institutions issues de 11 Etats membres, dont de nouveaux Etats membres, sont impliqués.


Les méthodes et moyens mis en œuvre incluent 4 WP scientifiques, dans le but de :
(i) Renforcer, étendre et partager les connaissances requises en matière d'évaluation des dangers, de l'exposition et des risques généraux liés aux NM, en particulier en élaborant une stratégie capable de générer des données pertinentes et fiables pour les autorités publiques européennes en charge de la santé.

(ii) Accélérer l'exploitation des données existantes (projets FP6, FP7 par exemple NANOINTERACT, NANOSTRAND, NANOSAFE, NANOSH) et l'échange des meilleures pratiques en matière d'évaluation et de gestion des risques, minimisant ainsi les potentiels effets nuisibles à long terme des NM. Le JA peut apporter à la société des signaux d'alerte pour des substances génotoxiques pouvant potentiellement entraîner des cancers potentiels ou des maladies reproductives. Il constitue un premier pas vers la création, par les autorités en charge de la santé publique, d'un futur programme basé sur des études animales à long terme ou la surveillance épidémiologique de la population.
(iii) Promouvoir l'instauration d'une méthodologie solide pour analyser les NM potentiellement génotoxiques. A cet effet, des NM intégralement caractérisés et largement utilisés dans les produits de consommation sont testés au travers d'essais in vitro standard, complétés par des tests spécifiques. Sur la base de ces résultats, un essai interlaboratoire (entre les laboratoires des Etats membre participants) pour les analyses pertinentes est réalisé. Cette méthodologie peut être utilisée par les instances de contrôle réglementaire et les industriels en vue de contrôler une éventuelle génotoxicité en tant que techniques alternatives à l'expérimentation animale. Des analyses in vivo sont menées pour caractériser la toxicocinétique de certains NM et valider les données in vitro. Des procédures d'utilisation normalisées (SOP) seront utilisées et, à défaut, seront instaurées en priorité. Si nécessaire, l'audit des laboratoires (évaluation croisée) et/ou la formation du personnel sont prévus pour veiller à ce que les laboratoires impliqués mènent leurs études conformément aux SOP, contribuant ainsi à mettre en avant les laboratoires de référence nationaux dans ce domaine.

nm-402 cnt

 

Trois modèles de nanoparticules, à savoir SiO2 (5 échantillons), TiO2 (6 samples), et des nanotubes de carbone (4 échantillons) sont examinés. Les particules examinées sont actuellement utilisées dans des applications commerciales, y inclus l'industrie alimentaire.
L'unité EM du CODA-CERVA fait partie du WP4, en charge de la caractérisation physico-chimique des nanoparticules, et dirige la caractérisation par microscopie électronique en transmission.


INFORMATIONS GENERALES

- Scientifique responsable du projet

- Partenaires externes associés

  • AFSSET (Agence française de sécurité alimentaire de l'environnement et du travail, France) - Contact Person : Elreedy Salma (Project Leader)
  • ISS (Istituto Superiore de Sanità, Italy)
  • CLMC (Central Laboratory of Mineralogy and Crystallography, Bulgaria)
  • IMB-BAS (Institute of Molecular Biology "Roumen Tsanev" - Bulgarian Academy of Sciences, Bulgaria)
  • FIOH (Finnish Institute of Occupational Health, Finland)
  • National Research Centre for the Working Environment, Denmark)
  • BfR (Federal Institute for Risk Assessment, Germany)
  • NIOM (Nofer Institute of Occupational Medicine, Poland)
  • IPL (Institute Pasteur de Lille, France)
  • RIVM (Rijksinstituut voor Volksgezondheid en Milieu, The Netherlands)
  • UAB (Universitat Autonoma de Barcelona, Spain)
  • IPH (Scientific Institute of Public Health, Belgium)
  • AFSSA (Agence française de Sécurité Sanitaire des Aliments, France)
  • INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité, France)
  • INSA (Instituto Nacional de Saude Dr. Ricardo Jorge, IP, Portugal)
  • CEA (Commissariat à l'Energie Atomique, France)

- Source de financement

  • Commission européenne
  • SPF santé publique

Site Web du projet : http://www.nanogenotox.eu