Imprimer Envoyer

Maladies enzootiques bactériennes

En ce qui concerne les maladies bactériennes, les infections mycobactérinnes sont des exemples de maladies enzootiques. La tuberculose bovine, la paratuberculose et les infections à Mycobacterium avium subsp. hominissuis chez le porc sont établies en Belgique. Dans la plupart de ces infections, les animaux ne présentent peu ou pas de symptômes cliniques, ils peuvent être difficiles à identifier par tests diagnostiques de routine, et fréquemment seules les lésions se trouvent révélées à l'abattoir. L'unité Mycobactéries du CODA-CERVA, en tant que laboratoire de référence (LNR) pour la tuberculose bovine et la paratuberculose, est particulièrement intéressée par ces infections et a pour objectif d'en améliorer le diagnostic et le contrôle.


Grâce à des programmes de lutte performants depuis le siècle dernier, la Belgique a été déclarée officiellement indemne de tuberculose bovine en 2003 (Décision européenne 2003/467/CE), ce qui signifie que Mycobacterium bovis peut être présent au maximum dans 0,1 % des élevages bovins. Les chiffres de ces cinq dernières années sont particulièrement encourageants : 8 (2006), 5 (2007), 12 (2008) et 2 (2009) foyers ont été détectés, pour aucun en 2010, et un seul en 2011. La législation européenne permet dans ces conditions d'alléger le programme belge de surveillance existant, sans que n'augmente le risque de résurgence de l'infection. Les collaborateurs du LNR tuberculose bovine et du CDV-REA ont analysé la sensibilité du système de surveillance actuel, sur base des caractéristiques diagnostiques des tests actuels et futurs (à savoir l'intradermoréaction, le test IFN-γ, l'inspection post-mortem, un ELISA anticorps). Les recherches scientifiques menées par le LNR, e.a. dans le cadre du projet MassTB, alimentent cette analyse de chiffres fiables sur la sensibilité du test IFN-γ. L'analyse "scenario tree" réalisée en collaboration avec le CDV-EAR (Bovine Tuberculosis Surveillance alternatives in Belgium. S. Welby et al, Preventive Veterinary Medicine, in press) doit permettre aux décideurs politiques de recourir aux moyens diagnostiques les plus performants en fonction des domaines de surveillance (inspection, achat, importation, campagnes hivernales).


La paratuberculose, ou maladie de Johne, est une infection intestinale chronique débouchant sur une diarrhée incoërcible chez les ruminants, provoquée par Mycobacterium avium subsp. paratuberculosis. La maladie occasionne d'importantes pertes économiques pour le secteur laitier, et le germe est excrété en grandes quantités dans l'environnement, et le lait. Ce germe est suspect d'être également impliqué dans l'étiologie d'une similaire maladie inflammatoire chronique de l'intestin chez l'homme, la maladie de Crohn. Les programmes de lutte ayant pour but de libérer les élevages bovins de la paratuberculose, nécessitent des méthodes diagnostiques précoces et fiables. D'où des projets scientifiques tels que ParaTBTools et ParaTBMass qui visent à développer et valider de nouveaux tests sérologiques et à médiation cellulaire. Un de ces tests est le test IFN- γ, basé, comme dans le cas de la tuberculose bovine, sur la stimulation in vitro des lymphocytes sanguins par des antigènes spécifiques, et grâce auxquel les infections peuvent être mises en évidence à un stade particulièrement précoce.


Newsletter CODA-CERVA - maladies enzootiquesUn développement plus récent de l'unité Mycobactéries est l'études des infections à M. avium chez les porcs. Ce germe est cause d'inflammation granulomateuse des ganglions lymphatiques, entre autres de la tête, entraînant des saisies partielles ou totales des carcasses à l'abattoir. L'importance pour la santé publique n'est pas clairement établie, mais la transmission alimentaire du germe à l'homme (zoonose) n'est pas exclue. D'autres germes (ex. Rhodococcus equi) peuvent également occasionner des lésions similaires. Une étude-pilote en cours vise à pondérer ces divers agents et à identifier les facteurs de risque associés, en vue de proposer des mesures de contrôle adaptées.