Imprimer Envoyer



Le virus de Schmallenberg

 

 

fotolia_9970650_xs 200 x 120 veau

 

 

Ce virus est un orthobunyavirus isolé pour la première fois en Allemagne par le FLI (http://www.fli.bund.de/en/startseite/press-releases/releases/neues-orthobunyavirus-bei-rindern.html) à partir de sang de vaches infectées.

Le nom reflète l'origine géographique du virus (village de Rhénanie du nord-Westphalie). Les orthobunyavirus sont des arbovirus transmis par les moucherons (culicidés) , très répandus chez les ruminants en Afrique et en Océanie où ils causent des signes cliniques modérés.

Néanmoins, si des animaux gestants sont infectés, il peut se produire des avortements ou des naissances prématurées avec déformation congénitale. Le virus le plus connu de cette famille est le virus Akabane isolé pour la première fois au Japon chez des bovins souffrant de troubles reproducteurs.

Il n'est pas dangereux pour l'homme.

Le virus de Schmallenberg est proche de ce virus mais non identique (d'où Akabane-like). Il a été constaté depuis l'été 2011 en Allemagne et aux Pays-Bas. Il s'est manifesté jusqu'à présent sous deux formes cliniques chez les bovins et les ovins.


La première forme a été observée en septembre et octobre 2011 et s'est manifestée chez les vaches et les veaux par de la fièvre, une chute de la production laitière et de la diarrhée sévère. C'est sur des animaux ayant présenté ce type de symptômes que le virus a été pour la première fois identifié par le laboratoire de référence en Allemagne. La situation semble s'être normalisée depuis le mois d'octobre 2011.


Une deuxième forme de la maladie est observée depuis fin décembre 2011 aux Pays-Bas et en Belgique chez les ovins.

Cette forme est vraisemblablement la conséquence de l'infection précédente pendant la gestation, durant laquelle tant la brebis en gestation que les agneaux ont été infectés. Des agneaux nouveau-nés présentant des déformations congénitales (torticolis, hydrocéphalie, membres difformes) sont la conséquence de cette infection. Cette forme de la maladie a été observée actuellement dans une dizaine d'exploitations ovines.

schmallenberg 11 schmallenberg 10

Photos DGZ - Arthrogrypose

Le virus de Schmallenberg est probablement transmis par des moucherons (culicoïdes). Considérant que la période d'activité maximale de ces insectes a lieu à la fin de l'été et au début de l'automne, et que la saison de mise-bas a débuté chez les ovins, on peut s'attendre à d'autres cas similaires dans les semaines ou les mois prochains. Des cas similaires chez les bovins nouveau-nés sont aussi possibles dans les prochains mois.

Si ce n'est le traitement des symptômes chez les animaux concernés, il n'existe actuellement aucun vaccin ni aucun traitement connu contre le virus.

Les connaissances actuelles indiquent que le virus de Schmallenberg n'infecte pas d'autres espèces que les bovins et les ovins. De même, il n'y a pas de risque avéré pour la santé publique.

schaml - 6-dscf1133kopie

Schmallenberg

 

Photos DGZ - Hydranencéphalie

LE RÔLE DU CODA-CERVA :

Personne de contact : Brigitte Cay

En tant que centre de référence pour les maladies du bétail, le CODA-CERVA dispose des techniques nécessaires pour tester les échantillons suspects.

Il est demandé à tous les vétérinaires de signaler les cas suspects à DGZ Vlaanderen ou à l'ARSIA et d'y envoyer des échantillons pour analyse.


A l'heure actuelle, il n'y a pas de test sérologique disponible pour la détection d'anticorps et nous pouvons uniquement détecter l'ARN viral par PCR.( real-time PCR développé au FLI)


Nos collègues du FLI qui ont découvert le virus ont démarré une infection expérimentale chez les bovins ; selon eux la durée de la virémie serait très courte (2 à 3 jours) ce qui rend difficile la détection du virus pendant la période d’activité des culicoïdes et obsolète en dehors de cette période.

Face à des symptômes pour lesquels une infection par le virus Schmallenberg ne peut être exclue, il est demandé de signaler les cas à la DGZ / l'ARSIA, et leur envoyer les échantillons suivants:

  • Pour les animaux vivants, pendant la période d’activité des culicoides (été-automne): sang complet et sérum, ainsi qu'un écouvillon nasal et un échantillon de diarrhée;
  • Les avortons et les animaux mort-nés (protocole avortement)
  • Il est demandé que ces échantillons soient accompagnés d'une bonne anamnèse ainsi que de la mention " Suspicion Schmallenberg"

LA SITUATION ACTUELLE

Vous pouvez suivre la situation en Belgique et dans les pays voisins en cliquant ici