Imprimer Envoyer

Evolution du génotype de la population belge de moutons par sélection en fonction de la résistance par rapport à la tremblante classique (2006-2011): programme de sélection


Depuis 2004, l'EFSA (European Food Safety Authority) a introduit un programme d'élevage sélectif d'après le génotype ARR/ARR afin d'éradiquer la tremblante classique (EFSA, 2006). Il a en effet été démontré que le programme d'élevage ARR s'avère efficace contre l'ESB (Hunter, 2003).

Jusqu'ici, nous ne possédons pas beaucoup de données relatives à l'effet de ce programme en Europe. Aux Pays-Bas, parallèlement à la baisse du nombre de cas de tremblante, l'on a déjà signalé une diminution marquée de la prévalence des animaux sensibles ainsi qu'une augmentation de l'haplotype ARR résistant jusqu'à 55% dans la population de moutons en 2008 (Hagenaars et al., 2010).

Effet des programmes de sélection en Belgique


Le programme de sélection en fonction de la résistance envers la tremblante classique est parvenu à faire augmenter sensiblement la fréquence de l'haplotype ARR au sein de la population belge de moutons entre 2006 et 2011. Ceci explique probablement en partie la raison pour laquelle plus aucun cas positif n'a été détecté en Belgique depuis mai 2007, même s'il est difficile de l'affirmer avec certitude, en raison de l'absence de données d'avant 2006. Néanmoins, la tendance en Belgique est comparable à la diminution du nombre de cas de tremblante classique à travers toute l'Europe et à l'augmentation des génotypes résistants (Gubbins en McIntyre, 2009; Slate, 2009; Hagenaars et al., 2010). Newsletter CODA-CERVA - Moutons

Soulignons qu'après l'introduction du programme de sélection en 2004, ce sont principalement des cas de tremblante atypique qui ont été diagnostiqués en Belgique. Sur les 78 cas de tremblante enregistrés en Belgique depuis 1992, 9 (11,5%) étaient des cas atypiques (Nor98), et le premier cas a été détecté en 2002. Sur les 9 derniers cas de tremblante en Belgique, 8 cas étaient donc atypiques, dont 2 sur des moutons ARR/ARR. Néanmoins, le mouton ARR ne serait certainement plus sensible à la tremblante atypique, qui se manifesterait plutôt dans les AF141RQ, AL141HQ et AL141RQ (Benestad et al., 2008).

Jusqu'ici, l'haplotype AF141RQ, le plus souvent associé à la sensibilité à la tremblante atypique, se fait rare dans les échantillons analysés par nos soins. Cela pourrait nous fournir une bonne prévision de la résistance à la tremblante atypique au sein de la population belge de moutons actuelle. Le dernier cas de tremblante atypique en Belgique remonte dès lors à 2007.


Influence de la race

Comme déjà signalé, la race a elle aussi une influence sur l'apparition de génotypes résistants, avec le Swifter comme profil le plus résistant à la tremblante (58% ARR/ARR) (McIntyre et al., 2010). Jusqu'ici, le Texel le plus fréquent en Belgique présente une présence modérée de l'ARR/ARR (54%) mais bien un pourcentage élevé d'haplotype ARR (92%), ce qui démontre que le Texel possède un beau potentiel sur le plan de la résistance à la tremblante de la population future.