Imprimer Envoyer

La diarrhée virale bovine : symptômes et conséquences


La diarrhée virale bovine ou BVD est une maladie des bovins qui cause des pertes économiques significatives dans l'ensemble du monde, aussi bien en raison de la mortalité y liée, principalement chez les veaux, qu'en raison des pertes de production engendrées allant d'une diminution de la production de lait aux retards de croissance. Le pathogène qui provoque la maladie est le virus de la diarrhée bovine (BVDV). De virus appartient à la famille des Flaviviridae, et plus spécifiquement au genre pestivirus, auquel appartiennent également le virus de la maladie des frontières et le virus de la peste porcine classique.

BVDBien que le virus porte le nom de virus de diarrhée bovine, l'absence de diarrhée dans un troupeau n'exclut pas que le virus y circule. Le virus peut en effet se manifester de bien des manières dans une ferme d'élevage, ce qui rend le diagnostic rapide plus compliqué. Selon l'âge de l'animal et son statut immunitaire, mais également selon la virulence de l'isolat du virus et de l'infection, différents symptômes peuvent être observés. Le virus BVD peut demeurer sous forme subclinique, mais peut également avoir un impact sur la reproduction. Le virus peut en effet fortement réduire la fertilité en raison de fécondation plus rare et de mortalité des fétus, mais également provoquer avortements, naissances prématurées et naissance de veaux faibles ou présentant des anomalies congénitales. Le virus peut également induire un système immunitaire affaibli et une immunosuppression générale, amenant le bovin à développer une sensibilité accrue vis-à-vis de diverses infections secondaires telles que la diarrhée, des problèmes au pis, la gale, des troubles respiratoires, etc. Il joue également un rôle important au sein du complexe de maladies respiratoires bovines, souvent en combinaison avec d'autres virus ou bactéries. Il est ainsi difficile de donner une image « typique » de la maladie, et bien souvent, on ne pense au BVD qu'une fois que les diagnostics pour une certaine maladie se révèlent négatifs.

Lorsqu'un bovin est infecté par le BVD après la naissance, une infection aigue, transitoire se développe. Souvent, l'animal s'en remet dans les deux semaines et développe ainsi une immunité contre le virus, ce qui le protège pendant une longue période contre les réinfections. Dans la plupart des cas, l'animal ne pourra que dans une moindre mesure infecter d'autres animaux étant donné qu'il n'excrète qu'une faible quantité de virus et ce seulement pendant quelques jours. Il existe toutefois des cas où le virus est excrété pendant des mois voire des années, après l'infection transitoire, dans le sperme des taureaux ayant été infectés de manière transitoire.

Lorsqu'une mère n'ayant jamais été infectée par le virus BVD et donc n'ayant pas d'anticorps contre le virus (animal « naïf »), contracte une infectionBVD aiguë pendant la gestation, le foetus sera également infecté par le virus. Cette infection fœtale peut mener aux effets mentionnés ci-dessus sur la reproduction mais, si l'infection survient entre 30 et 125 jours de gestation, le fœtus va intégrer le virus comme étant une partie de lui-même, ce qui mène à la naissance de veaux infectés de manière permanente, aussi nommés porteurs du virus BVD ou IPI (Infecté Permanent Immunotolérant). De manière générale, ces porteurs BVD connaissent un retard de croissance et meurent d'une maladie des muqueuses (mucosal disease, MD), dont les signes sont entre autres une diarrhée, des ulcères au niveau de la bouche, des blessures au niveau des sabots et une immunosuppression générale.

Cependant, environ 10% des porteurs-BVD dépassent l'âge de deux ans, et ces animaux paraissent souvent en bonne santé, ce qui rend difficile un diagnostic correct. Contrairement aux bovins ayant connu une infection transitoire, les porteurs BVD ne construisent aucune immunité contre le virus par lequel ils sont infectés, et sont par conséquent séronégatifs. Ces animaux excrètent  d'énormes quantités du virus pendant leur vie, faisant ainsi d'eux la plus grande source de nouvelles infections pour les animaux naïfs dans une exploitation bovine. Le diagnostic rapide ainsi que l'élimination rapide de ces animaux sont ainsi l'étape la plus importante dans tous les programmes de lutte contre la BVD.